abécédaires-égalité-entrepreneuriale

L’Abécédaire de l’égalité entrepreneuriale

Le 13 septembre 2018

Voici un abécédaire de l’égalité entrepreneuriale. Vous y trouverez la défnition de termes relatifs à l’entrepreneuriat féminin et plus largement à la thématique “femmes et travail”.
N’hésitez pas à suggérer d’autres notions qui vous sembleraient pertinentes.

ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVW

-A-

 ACS+ / ADS / Approche de genre
L’approche de genre consiste en la prise en compte systématique des conditions et des besoin propres aux femmes et aux hommes.  Appliqué aux politiques publiques, le genre a pour objectif de promouvoir l’égalité des femmes et des hommes en prenant en compte les différences et la hiérarchisation socialement construite.
L’ACS+ (analyse comparative entre les sexes plus) est un outil qui a été développé par Condition féminine Canada. Elle « sert à évaluer les répercussions potentielles des politiques, des programmes ou des initiatives sur divers ensembles de personnes — femmes, hommes ou autres ». (Sources : Condition féminine Canada)
L’ADS (analyse différenciée selon les sexes) a été adoptée en 1995 dans le Programme d’action de la Quatrième Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes à Beijing par plus de 180 États et gouvernements, dont le Canada et le Québec. Cet outil consiste à « prévenir la reproduction ou la création d’inégalités entre les femmes et les hommes en discernant les effets que peut avoir un projet comme une loi, un règlement, une politique, une stratégie, un plan d’action, un programme, une mesure, un service ou toute décision ayant une incidence sur les citoyennes et les citoyens ». (Sources : Rapport gouvernemental p.32)

Action positive
Mesures à l’intention d’un groupe particulier visant à éliminer et à prévenir ou à compenser des désavantages résultant des attitudes, des comportements et des structures existants. On parle également de discrimination positive.

Ambition professionelle
L’ambition professionnelle va souvent de paire avec la performance et la réussite et questionne nos désirs et aspirations professionnels. On questionne souvent l’ambition des femmes par rapport à celle des hommes et dans nos sociétés capitalistes, on a tendance à voir l’ambition du seul point de vue de la croissance et de la richesse mais en réalité chacun la façonne à son image. Femmes comme hommes ont tous leurs raisons d’entreprendre et leur vision de la réussite.

Autonomisation économique
C’est pouvoir participer au processus de croissance, à la fois d’y contribuer et d’en tirer pleinement profit et ce dans le respect de sa dignité.
Renforcer l’autonomisation économique des femmes est une condition indispensable pour éradiquer la pauvreté et pour instaurer un développement durable. L’autonomisation économique des femmes repose, entre autres, sur l’amélioration de leurs compétences, sur un meilleur accès à l’emploi et aux ressources productives mais aussi sur la mise en place d’environnements favorables pour les aider à pouvoir prendre des décisions et ainsi tirer partie du développement économique.

Antisexiste (ou non sexiste)
Exempt de tout effet discriminatoire, positif ou négatif, sur la répartition des rôles entre les femmes et les hommes ou sur l’égalité des sexes.

-B-

Barrières invisibles
Attitudes reposant sur des préjugés, des normes et des valeurs classiques, empêchant la pleine participation des femmes dans la société.

Bien être au travail
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définie le bien-être au travail comme « un état d’esprit caractérisé par une harmonie satisfaisante entre d’un côté les aptitudes, les besoins et les aspirations du travailleur et de l’autre les contraintes et les possibilités du milieu de travail ». La question du bien être au travail ou de l’épuisement professionnel peut avoir des résonances différentes selon les sexes car les femmes et les hommes vivent des situations différemment.

-C-

Charge mentale
La charge mentale est un terme apparu dans les années 80 dont la chercheuse de l’université Laval Nicole Brais donne la définition suivante : « travail constant et incontournable de gestion, d’organisation et de planification de la bonne marche de la maison et qui a pour objectif la satisfaction des besoins de chacun ».  La charge mentale incombe, le plus souvent, en très large partie, aux femmes. Ce terme a connue une énorme visibilité grâce à la bande dessinée intitulée Fallait demander que la dessinatrice Emma a publiée sur Facebook.

Chômage / chômage invisible
Pourcentage de la main­ d’œuvre totale enregistrée comme étant sans emploi, à la recherche d’un emploi et actuellement disponible pour un travail. Le chômage invisible désigne les chômeurs qui ne satisfont pas aux exigences des systèmes nationaux d’enregistrement des chômeurs, notamment celles susceptibles d’exclure les femmes.

Conciliation travail / famille
C’est la mise en place de mesure qui favorise  la combinaison des responsabilités professionnelles et des responsabilités familiales pour les femmes et les hommes. Cela a permis de développer des programmes axés sur la famille et le congé parental ainsi qu’à des mesures destinées à faciliter les soins aux enfants et aux personnes âgées.

Congé maternité /paternité / parental
Le congé maternité est le congé auquel a droit une travailleuse pendant une période continue, répartie avant et/ou après l’accouchement (allant jusque 18 semaines au Québec).
Le congé paternité est un congé auquel ont droit les pères au moment de la naissance de l’enfant (allant jusque cinq semaines au Québec). 80 % des pères québécois prennent leur congé de paternité.
Le congé parental est un congé accordé aux travailleurs ou aux travailleuses, en raison de la naissance ou de l’adoption d’un enfant, pour leur permettre de s’occuper de cet enfant (allant jusque 32 semaines au Québec) . Le congé parental reste majoritairement pris par les femmes. Seul 1/4 des pères québécois se prévalent d’une partie du congé parental partageable.
(sources : Être parent, une responsabilité à partager)

-D-

Déségrégation du marché du travail
Politiques visant à réduire ou à supprimer la ségrégation des femmes et des hommes sur le marché du travail.

Dignité au travail
Droit au respect et notamment à la protection contre le harcèlement sexuel ou autre atteinte à la personne sur le lieu de travail.

Discrimination
Lorsqu’une personne est traitée de façon moins favorable en raison de son âge, sexe, origine, état de santé….
L’inégalité de salaire entre les hommes et les femmes ayant des diplômes ou compétences égales est un exemple de discrimination sexuelle.

Discrimination positive
(voir Action positive)

Diversité
La diversité dans les entreprises et plus généralement dans les organisations correspond à l’ensemble des politiques volontaristes que ces dernières ont engagées pour lutter contre les discriminations et refléter en leur sein la pluralité ethnique et sociale de la société.

Division de travail
Répartition du travail rémunéré ou non entre les femmes et les hommes, dans  la vie privée et publique.

Droit des femmes
Les droits des femmes en tant que partie inaliénable, intégrale et indivisible des droits universels de l’homme (droit de vote, droit de travailler sans autorisation du mari…) et incluant la notion de droits spécifiques aux femmes en matière de procréation.

-E-

Economie informelle
Activités économiques non payées réalisées au profit direct du ménage ou de ménages apparentés ou amis sur une base de réciprocité, y compris le travail domestique quotidien et une grande variété d’activités d’autoapprovisionnement et/ou d’activité professionnelle, unique ou secondaire, exercée à titre lucratif et de manière non occasionnelle, en marge ou en dehors des obligations légales, réglementaires ou conventionnelles, à l’exclusion des activités occultes qui relèvent de l’économie criminelle.

Education des enfants
Ce rôle est resté longtemps l’apanage des femmes. Aujourd’hui, même si l’égalité n’est pas encore parfaitement atteinte à cet égard, les hommes s’investissent de plus en plus dans le quotidien des enfants.

Education non sexiste
L’objectif de l’éducation selon la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, consiste « à favoriser l’épanouissement de la personnalité de l’enfant et le développement de ses dons et des ses aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités » (article 29a). Pour y parvenir, il est essentiel de supprimer les stéréotypes de genre dès le plus jeune âge dans les familles et au sein du système éducatif.

Egalité des sexes
Veiller à l’absence de discrimination fondée sur le sexe, directe ou indirecte (voir Discrimination).

Egalité des chances
Absence d’obstacle à la participation économique, politique et sociale en raison du sexe, de l’origine sociale ou ethnique, des moyens financiers des parents, du lieu de naissance, des convictions religieuses, d’une situation de handicap.

Émancipation
Action d’affranchir ou de s’affranchir d’une autorité, de servitudes ou de préjugés.

Emploi précaire
Travail occasionnel et ne faisant généralement pas l’objet d’un contrat approprié ou n’étant soumis à aucune règle de protection salariale ou sociale. Les femmes se retrouvent plus massivement parmi les travailleuses précaires.

Entrepreneuriat féminin / Entrepreneures
L’entrepreneuriat féminin consiste en la création ou la reprise d’entreprises par des femmes ainsi que du développement de ces entreprises. Ce phénomène a pris depuis une dizaine d’années une importance croissante dans la plupart des pays aussi bien industrialisés que ceux en développement. Cela peut être de l’entrepreneuriat de nécessité ou d’opportunité.

Équité
Principe selon lequel tous les individus sont traités de manière juste, ce qui n’implique pas d’être traités de la même manière (notion d’inégalités justes, de discrimination positive…)

-F-

Féminin / Féminité
Féminin : qui est propre aux femmes selon une approche biologique et/ou genrée / Genre grammatical qui s’oppose au masculin et au neutre.
Féminité : ensemble des caractères correspondant à une image anatomique et sociale (charme, douceur…) / Taux de féminité : proportion de femmes dans une activité économique.

Féminisation des métiers
Donner un féminin aux noms de métiers et faire ainsi accéder plus de femmes à des métiers.

Féminisme(s)
Le féminisme est un mouvement social qui milite en faveur de l’amélioration et de l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société. Si on en parle au singulier, il  existe en réalité de nombreux courants du féminisme. S’ils ont tous comme but ultime la libération des femmes, il n’en demeure pas moins très différents dans leur idéologie et leur approche.
Voici les principaux courants du féminisme : féminisme égalitaire ou universaliste, féministe différentialiste ou essentialiste, féministe anarchiste, féminisme radical, le féminisme Black ou féminisme de couleur, féministe post-coloniaux, féminisme intersectionnel, l’éco-féminisme, féminisme post-moderne. Cet article du Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale Nationale apporte un éclliarage intéressant sur ces différents courants.

Financement
L’accès à du financement est une dimension centrale pour tout projet entrepreneurial. Or, les études montrent une différence de traitement entre les femmes et les hommes sur ce qui est de l’accès au capitaux. Les banques et les bailleurs de fond montrent une plus grande frilosité à financer des entreprises dirigées par des femmes. D’autres sources comme la famille, les amis ou les anges financiers sont des solution alternatives.

Flexibilité du temps 
Cela suppose une souplesse dans l’aménagement des horaires de travail. Le développement, dans les entreprises, de flexibilité du temps de travail  joue un rôle important pour assurer une égalité de fait entre les femmes et les hommes.

Formation professionnelle
Toute forme d’éducation débouchant sur des qualifications pour une profession, un métier ou un emploi particulier ou sur des compétences nécessaires à l’exercice de cette profession, de ce métier ou de cet emploi. Les études sur l’entrepreneuriat montrent les corrélations entre les formations et l’intention de devenir entrepreneur. Cet enjeu est encore plus déterminant pour les femmes.

-G-

Garde d’enfants
Vaste notion englobant la mise en place des services de garde d’enfants de nature publique ou privée, individuelle ou collective, qui correspondent aux besoins des parents de faire garder leurs enfants.

Genre
Issu de l’anglais “Gender”, le genre est un concept sociologique désignant les “rapports sociaux de sexe”, et de façon concrète, l’analyse des statuts, rôle sociaux, relations entre les femmes et les hommes. Les différences sociales entre les femmes et les hommes sont socialement acquises et peuvent présenter des variations tant à l’intérieur des cultures qu’entre elles. Le genre accorde une valeur inégale au féminin et au masculin, le masculin étant, bien souvent, plus valorisé que le féminin.

-H-

Harcèlement moral
Il se manifeste par des agissements répétés qui ont pour objet une dégradation des conditions de travail, susceptible de porter atteinte aux droits de la personne et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel.

Harcèlement sexuel
Tout comportement à caractère sexuel non désiré qui se manifeste de façon répétée et qui affecte la dignité de la femme ou de l’homme au travail, que ce comportement soit le fait de supérieurs hiérarchiques ou de collègues. Le harcèlement sexuel est en grande majorité dirigé contre les femmes.

Huit mars
Plusieurs événements sont à l’origine de la Journée internationale des femmes. Les principaux sont le Woman’s Day en Amérique (1909) et la Journée des femmes en Europe (1910), deux manifestations pour l’obtention du droit de vote des femmes. Au Québec, le 8 mars 1971, le Front de libération des femmes lance officiellement une campagne nationale pour l’avortement libre et gratuit. Un peu plus tard, en 1977, l’Organisation des Nations Unies officialise cette journée qui depuis est devenue une occasion de reconnaître les droits des femmes dans de nombreux pays. (Sources : Féminisme: nom commun, cause commune.)

-I-

Idées reçues
(Voir Préjugé.)

Inclusion sociale / Intégration sociale
L’inclusion et l’intégration sociale sont des termes proches qui visent à lutter contre les ségrégations, l’isolement, la solitude. Ils concernent aussi bien les secteurs professionnels, économiques, sociaux, culturels que politiques. L’inclusion va plus loin que l’intégration en s’adaptant aux besoins des personnes exclues pour donner le même accès aux droits et services offerts à l’ensemble des citoyens. Les femmes figurent parmi les groupes de personnes généralement exclus, au même titre que les jeunes, les aînés, les minorités visibles, les personnes ayant une incapacités physique, mentale ou émotionnelle, les personnes ayant un faible revenu…

Intersectionnalité
Ce terme a été employé par Kimberlé Crenshaw en 1991 pour parler spécifiquement de l’intersection entre le sexisme et le racisme subit par les femmes afro-américaine. Le terme désigne aujourd’hui la situation de personnes subissant simultanément plusieurs formes de domination ou de discrimination dans une société. Notre identité repose sur plusieurs éléments dont le sexe, l’origine ethnique, l’âge, la religion, l’orientation sexuelle, le revenu, une situation de handicap, etc. Ces multiples facteurs se recoupent et peuvent donner lieu à des discriminations croisées.

-L-

Leadership
Avoir du leadership c’est faire preuve de position de leader et jouer un rôle d’influence au sein d’un groupe. En management, le leadership est la capacité à mobiliser les ressources des collaborateurs pour atteindre les objectifs fixés. On oppose souvent leadership masculin (distant, autoritaire, paternaliste) au leadership féminin (bienveillant, à l’écoute, collaboratif) qui repose sur des représentations socioculturelles que l’on attribue à un sexe ou l’autre. De nouvelles notions plus égalitaires émergent comme celle de leadership conscient ou responsable.

-M-

Machisme
Homme qui a une conscience exacerbée de sa supériorité virile et qui prône la suprématie de l’homme sur la femme.

Masculin / masculinité
Masculin : qui est propre aux hommes selon une approche biologique et/ou genrée / Genre grammatical qui s’oppose au féminin et au neutre.
Masculinité : ensemble des caractères correspondant à une image anatomique et sociale (puissance, force, virilité…) / Rapport des effectifs de personnes du sexe masculin par rapport au sexe féminin au sein d’un groupe donné.

Masculinisme
Ce mouvement est une forme d’anti-féminisme constitué principalement d’hommes qui estiment que le féminisme en a trop fait pour les femmes et qu’il s’agit maintenant de redonner aux hommes la place et le poids qu’ils estiment avoir perdu.

Mentorat
Ce terme désigne une relation interpersonnelle de soutien, une relation d’aide, d’échanges et d’apprentissage, dans laquelle une personne d’expérience, le mentor, offre sa sagesse acquise et son expertise dans le but de favoriser le développement d’une autre personne, le mentoré, qui a des compétences ou des connaissances à acquérir et des objectifs professionnels et/ou personnel à atteindre (voir Tutorat).

Misogynie
Mépris, voire haine, pour les femmes.

Mixité
Elle comprend la présence ou la participation de personnes des deux sexes sans que la répartition en soit obligatoirement égale.

-O-

Orientation professionnelle
Selon l’Unesco en 1970 : “l’orientation consiste à mettre l’individu en mesure de prendre conscience de ses caractéristiques personnelles et de les développer en vue du choix de ses études et de ses activités professionnelles dans toutes les conjonctures de son existence avec le souci conjoint de servir le développement de la société et l’épanouissement de sa responsabilité.”
Les filles réussissent globalement mieux à l’école que les garçons. En revanche, il persiste des inégalités en terme d’orientation professionnelle qui résultent de stéréotypes. (voir Ségrégation professionnelle Ségrégation professionnelle et Education non sexiste).

Orientation sexuelle
Préférence sexuelle pour une personne du même sexe ou de l’autre sexe (homosexualité, lesbianisme, hétérosexualité, bisexualité).

-P-

Parité
Présence des hommes et des femmes en égalité numérique.

Participation équilibrée
Partage des responsabilités et des prérogatives entre les femmes et les hommes dans tous les domaines. C’est une condition importante pour l’égalité femmes­/hommes.

Pauvreté (féminisation)
Accroissement de l’incidence et de la prévalence de la pauvreté chez les femmes plus que chez les hommes.

Plafond de verre / Plancher collant / Parois de verre
Plafond de verre : expression illustrant de façon métaphorique le niveau de responsabilité au-delà duquel il devient difficile pour une femme d’évoluer dans une entreprise ou organisation, et ce pour des raisons de représentations, d’habitudes, de mécanismes de discrimination systématiques.
Plancher collant : expression venant du Canada qui désigne une force antagoniste à la progression des femmes dans les organisations qui les contraint à rester aux niveaux les moins élevés de la pyramide organisationnelle.
Parois de verre : quand les femmes parviennent à atteindre des postes de haut niveau, elles se retrouvent souvent dans des filières ou des services considérés comme moins centraux, moins stratégiques pour l’organisation (RH, administration, etc.). Il leur devient très difficile de se déplacer latéralement pour accéder aux secteurs stratégiques (développement produits, finances…) puis de s’élever par « l’allée centrale » jusqu’aux postes de direction.

Préjugé
Attitude défavorable sans fondement envers une personne ou un groupe de personnes, souvent imposée par le milieu social, l’époque ou l’éducation.

-Q-

Quota
Détermination d’une proportion ou d’un nombre défini de postes, de sièges ou de ressources réservés à un groupe particulier, généralement selon certains critères ou certaines règles, en vue de corriger un déséquilibre antérieur, généralement en matière de prise de décision ou d’accès à la formation ou à l’emploi.

-R-

Rapport de genre / de sexe
Rapport et distribution inégale du pouvoir entre les femmes et les hommes qui caractérisent tout système sexiste.

Rémunération (égale pour travail égal)
Rémunération égale pour un travail de même valeur, sans discrimination fondée sur le sexe ou sur la situation familiale en ce qui concerne tous les aspects relatifs au salaire et aux conditions de rémunération.

Répartition (des tâches, du travail rémunéré, non rémunéré)
Voir Division du travail selon le sexe.

Représentations socioculturelles
Cela désigne l’ensemble des idées, croyances et valeurs qui se rencontrent dans un groupe social partageant la même culture. Ces représentations ne sont donc pas figées, elles varient selon les pays, les régions, les cultures, les religions et les époques. Ainsi, la division sexuelle du travail, la masculinité et la féminité sont des choses qui peuvent changer.

Rôle social (en fonction du genre)
Ensemble de règles d’action et de comportement assignées aux femmes et aux hommes, inculquées et entretenues.

-S-

Salaire (minimal, différence de salaire)
Salaire minimal : niveau de salaire fixé par la loi ou par accord, correspondant au montant le plus bas qu’un employeur puisse payer.
Différence de salaire : écart entre les rémunérations moyennes des hommes et des femmes dû à la ségrégation professionnelle et à la discrimination directe.

Ségrégation professionnelle
Concentration des femmes et des hommes dans des types et des niveaux d’activité et d’emploi différents, où les femmes sont limitées à une gamme restreinte d’occupations (ségrégation horizontale ou sectorielle) et à des niveaux inférieurs de responsabilité (ségrégation verticale).

Sexe
Caractéristiques biologiques qui distinguent les femmes des hommes. Le sexe est différent du genre, qui lui relève d’une construction sociale.

Sexisme
Le sexisme repose sur toute attitude discriminatoire fondée sur le sexe. « Le sexisme est un essentialisme ; comme le racisme, il vise à imputer des différences sociales instituées à une nature biologique fonctionnant comme une essence dont se déduisent implacablement tous les actes de la vie. » (Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Seuil, collection Liber, 1998.)
Sexisme ordinaire : le sexisme est tellement banalisé et confortablement installé dans les pratiques courantes qu’on ne le voit même plus.  Cela devient une sorte de sexisme invisible : un sexisme de tous les jours, tellement ancrés dans les pratiques qu’on ne le décèle pas toujours.

Sexospécificité / spécificité de genre
L’approche sexeospécifique se fonde sur le principe de l’égalité des sexes et implique que l’on fasse la distinction entre les particularités biologiques et les rôles sociaux. Si le sexe renvoie aux facteurs biologiques, le genre est une construction sociale de la féminité et de la masculinité.

Surreprésentation / sous-représentation
Surreprésentation : représentation, qui par son ampleur, excède la norme.
Sous-représentation : représentation insuffisante, qui ne correspond pas à l’importance proportionnelle.

Statistiques ventilées par sexe
Collecte et ventilation des données et des informations statistiques en fonction du sexe en vue de procéder à une analyse comparative.

Stéréotypes de genre
Croyances partagées, et très souvent négatives à propos des caractéristiques, compétences et comportements de groupes d’individus. Les stéréotypes filtrent notre perception de la réalité en nous amenant à croire que l’appartenance à un groupe (sexe, nationalité, couleur de peau, professions, pratiques alimentaires, vestimentaires, lieu d’habitation….) réduit les individus aux caractéristiques de ces groupes. De cette façon, les stéréotypes renforcent les descriptions biologiques au détriment des descriptions sociales.( exemple : les hommes ne sont pas sensibles et les femmes ne savant pas lire les cartes routières).
Idée préconçue, généralisation simplifiée appliquée à un groupe entier de personnes, sans tenir compte des caractéristiques individuelles.

Syndrome de l’imposteur
Les personnes qui souffrent du syndrome de l’imposteur expriment un doute prononcé qui les empêche de reconnaître leurs compétences et leurs réalisations personnelles.

-T-

Taux d’activité /inactivité
Taux d’activité : représente la population active comme pourcentage de la population en âge de travailler (de 15 à 64 ans).
Taux d’inactivité : toute personne qui n’est pas classée au nombre des travailleurs ou des chômeurs, comme pourcentage de la population en âge de travailler (de 16 à 64 ans).

Travail (à domicile, temps partiel, clandestin, non rémunéré)
Travail rémunéré : travail payé en espèces ou en nature.
Travail non rémunéré : travail n’impliquant aucune rémunération directe ni d’autres formes de paiement.
Travail à domicile : travail qu’une personne effectue à son domicile ou dans d’autres locaux de son choix, autres que les locaux de travail de l’employeur, moyennant rémunération, en vue de la réalisation d’un produit ou d’un service répondant aux spécifications de l’employeur, quelle que soit la provenance de l’équipement, des matériaux ou des autres éléments utilisés à cette fin.
Travail à temps partiel : travail exercé pendant un nombre d’heures inférieur au nombre d’heures effectuées dans le cadre d’un travail à temps complet normal.
Travail clandestin : travail effectué par des personnes non titulaires d’un permis de travail légal.

Tutorat
Relation protégée favorisant l’apprentissage et l’acquisition d’expérience ainsi que le développement du potentiel personnel et de nouvelles compétences par le biais d’un processus dans lequel une personne, le tuteur, soutient la carrière et le développement de son (ou de sa) filleul(e) en dehors de la relation hiérarchique habituelle. On a de plus en plus souvent recours au tutorat pour favoriser le développement personnel/professionnel des femmes. (Voir également Mentorat.)

-V-

Virilité
Ensemble des caractéristiques physiques et mentales que l’on attribut au sexe masculin : courage, fermeté, énergie. La virilité relèvent d’une construction sociale et culturelle.
Il n’y a pas pendant féminin de la virilité.

 

 


Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Le site de la CDEC de Québec n'est pas optimisé pour Internet Explorer 6 ou 7. Veuillez mettre votre navigateur à jour ici (Microsoft) ou ici (Google Chrome)